La création

1928  La France est confrontée à un important problème de santé publique : la tuberculose fait des ravages (mortalité de 140 habitants pour 100 000). Le problème est aggravé par un équipement notoirement insuffisant à Paris et en banlieue parisienne.

Almire BRETEAU, Médecin et Sénateur de la Sarthe, qui a lui-même perdu deux enfants atteints de tuberculose, se bat à la Commission de l'hygiène, de l'assurance, de l'assistance et de la prévoyance sociale du Sénat, pour une action massive des Pouvoirs Publics en direction de la santé populaire.

Il fonde La Renaissance Sanitaire, pour la création de sanatoriums dont l'insuffisance fait cruellement défaut, en les destinant plus particulièrement aux classes défavorisées de la région parisienne. Le ministère du travail conseille aux dirigeants de la Fondation La Renaissance Sanitaire de se rapprocher du mouvement mutualiste lequel aura, dès octobre 1928, des représentants au Conseil d'Administration : Fédération Mutualiste Parisienne - FMP, Mutuelles du Groupe Klésia, groupe de protection sociale multi professionnel au service des branches professionnelles, couvrant plus de 3 millions de personnes.

1930 Les premiers pavillons du sanatorium de Villiers Saint Denis (Aisne) ouvrent leurs portes, avec une capacité de 742 lits réservés aux hommes.

1932 Le sanatorium de La Musse (Eure), l'un des plus importants de France, ouvre ses portes avec 830 lits réservés aux femmes.

La reconversion

La thérapeutique antituberculeuse a progressé. A l'aube des années soixante, la mortalité tuberculeuse est tombée à 21 pour 100 000 habitants. Le traitement de la maladie, grâce aux antibiotiques, fait de moins en moins appel à la cure sanatoriale. Le nombre de lits devient supérieur aux besoins.

La Renaissance Sanitaire engage la reconversion de ses établissements, laquelle s'étalera jusqu'au milieu des années soixante-dix. Cette transformation est complétée avec la participation au service public hospitalier accordée par décret du 3 novembre 1976.

Le domaine médical couvert par la Fondation s'étendra ainsi des soins intensifs de cardiologie et de pneumologie, aux soins de suite et de réadaptation (SSR) aujourd'hui.

Le décloisonnement des activités médico-sociales complémentaires

La Renaissance Sanitaire développe des activités médico-sociales indispensables à l'offre hospitalière pour répondre aux impératifs de continuum de la prise en charge.

Le service d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) est opérationnel depuis 2007 sur le site de La Musse. Il a été labellisé service ressources pour le département de l'Eure en 2015. Une maison d'accueil spécialisée (MAS) complète depuis 2016 le dispositif consacré aux personnes cérébrolésées ; est également proposée depuis 2017, une offre de répit autisme (sur le site de l'hôpital La Musse et au Val de Reuil), adaptée aux besoins, à la fois, des personnes présentant un trouble du spectre autistique et de leurs proches aidants, afin de favoriser la poursuite d’une vie sociale et relationnelle ainsi que de prévenir les risques d’épuisement. Elle a été complétée en 2019 d'une unité d'enseignement élémentaire autisme (UEEA) située à Poses (Eure).

La plateforme de répit handicap La Musse, ouverte en 2020, apporte aussi un soutien aux proches aidants de personnes porteuses d’un handicap quel qu’il soit, domiciliés dans l’Eure. L'accueil de jour Alzheimer a été ouvert en 2011 à Villiers Saint Denis et renforcé, par une plateforme d'accompagnement et de répit pour les aidants.

La formation

Afin de relever les défis sanitaires des décennies à venir, La Renaissance Sanitaire a créé en 2013 et 2014, en partenariat avec le Conseil Régional de Haute Normandie, les instituts de formation en ergothérapie et masso-kinésithérapie La Musse.  En 2019, elle ouvre l’institut de formation d'audioprothésistes en concertation avec l'Université de Rouen.

Le déploiement d'activités de soins de suite et de réadaptation à Soissons et en Ile-de-France

Un hôpital de jour est ouvert en 2018 à Soissons.

En partenariat avec le Grand Hôpital de l'Est Francilien et LNA Santé, La Renaissance Sanitaire ouvre également deux hôpitaux, en 2020, dédiés aux soins de suite et de réadaptation, à Coulommiers et Meaux.
Ces établissements agissent notamment, dans le cadre de filière de soins, avec l’hôpital Villiers Saint Denis.