Institut de formation d'audioprothésistes La Musse
Institut de formation d'audioprothésistes La Musse - IFA
CS 20119
27180 Saint Sébastien de Morsent

ifa@iflrs-lamusse.net

Direction : Frédéric Rouan

En partenariat avec le conseil régional de Normandie et l’Université de Rouen , l'institut de formation d’audioprothésistes La Musse (IFA), ouvert en septembre 2019, sur le site de l'hôpital La Musse, prépare les étudiants au diplôme d’état d’audioprothésistes, conférant le grade de licence.

Il accueille, en 2021, sa troisième promotion et dispose d’un agrément annuel de 50 places.

Sa formation sur 3 ans, dispensée par une équipe pédagogique, constituée de spécialistes en exercice, garantit un équilibre entre enseignements fondamentaux, travaux dirigés, approfondissement et professionnalisation.

Cliquez ici pour accéder à une visite virtuelle de l'institut de formation.

L’audioprothésiste est un professionnel de santé intervenant auprès de personnes :

  • présentant un trouble de l’audition et/ou de l’intelligibilité nécessitant une correction auditive, quels que soient le degré de sévérité de ce trouble et l’âge d’apparition ;
  • souffrant d’acouphènes et d’hyperacousie.

La responsabilité de l’audioprothésiste comprend le choix, l’adaptation, la délivrance, le contrôle d’efficacité immédiate et permanente de la prothèse auditive et l’éducation prothétique du déficient de l’ouïe appareillé.

La délivrance de chaque prothèse auditive est soumise à la prescription médicale préalable et obligatoire du port d’un appareil, après examen otologique et audiométrique tonal et vocal.

L’audioprothésiste :

  • évalue la situation audiologique de la personne et réalise le bilan audio prothétique ;
  • conçoit la démarche d’appareillage auditif individualisée ;
  • prépare l’appareillage, l’adapte aux besoins et aux caractéristiques de la personne et réalise le suivi prothétique ;
  • conçoit et conduit la démarche d’éducation prothétique et de conseil ;
  • communique, conduit les relations dans le contexte d’appareillage auditif et coopère avec les différents professionnels intervenant dans le projet d’appareillage ;
  • mesure les nuisances sonores et les dangers liés à l’exposition à l’eau, puis sélectionne et fournit les protections individuelles contre ces nuisances et dangers et diffuse une action préventive ;
  • gère la structure et ses ressources et, ainsi, assure l’ensemble des fonctions indispensables à la commercialisation des audioprothèses : recherche de fournisseurs, achat des produits, vente des produits et des services associés, accompagnement des personnes dans la délivrance, l’adaptation et dans les démarches de prise en charge de leur appareillage ;
  • forme et informe des professionnels et des personnes en formation ;
  • recherche, traite des données professionnelles et scientifiques, les analyse et fait évoluer la pratique professionnelle.

Au 1er janvier 2021, 4 378 audioprothésistes exerçaient en France (source DREES).

La formation, régie par le décret n°2001-620 du 10 juillet 2001, organise le développement des compétences professionnelles en alliant des périodes de cours théoriques et pratiques à l’IFA, alternées de semaines de stages et la soutenance d’un mémoire de recherche.

Durant les trois années de la formation, les étudiants accèdent à des savoirs fondamentaux (audiologie, acoustique, électronique) et développent assez rapidement des aptitudes à l’intervention audioprothétique spécifique.

Chaque année d'études fait l'objet d'un examen terminal portant sur l'ensemble des matières enseignées dans l'année. Une seule session est organisée annuellement.

L'obtention d'une note moyenne égale ou supérieure à 10 sur 20 pour l'ensemble des travaux pratiques et des stages conditionne chaque année l'autorisation de se présenter aux examens.

Le diplôme d'État d'audioprothésiste est délivré aux étudiants ayant satisfait avec succès aux épreuves des examens de fin de 1ère, 2ème et 3ème année, et ayant soutenu, avec succès, leur mémoire de recherche.

Au terme des études, le diplômé détiendra 180 crédits ECTS (European Credits Transfer System), offrant le grade de licence et des poursuites d’études facilitées répondant au parcours LMD (licence maîtrise doctorat).

Contenu pédagogique

L’enseignement théorique porte sur :

  • l’audiologie clinique (exploration fonctionnelle et pathologie de l’audition, physiologie, neuropsychologie) ;
  • les sciences associées à la technologie des aides auditives (informatique, électronique, acoustique, traitement du signal, phonétique, bio-statistique) ;
  • les sciences humaines et sociales (droit et économie de la santé, gestion).

La formation pratique repose sur :

  • les travaux pratiques (100 heures en 1ère et 2ème années et 30 heures en 3ème) ;
  • le mémoire (équivalent à 280 heures en 3ème année) ;
  • les stages (dès la 1ère année) dans des services hospitaliers d’ORL, dans les centres d’audioprothèse, en gérontologie.

Frais de scolarité

  • droits d’inscription : 80 euros
  • participation aux coûts pédagogiques : 466 euros par an

En savoir plus sur la formation

Présentation de la formation à l'IFA

Admission à la rentrée 2022 des candidats pour les 50 places

L'accès à l'IFA pour la rentrée 2022 est ouvert aux titulaires du baccalauréat de l'enseignement du second degré ou d'un titre admis en dispense ou en équivalence du baccalauréat en vue de la poursuite d'études dans les universités, sous réserve d’une déclaration d’admission selon la procédure détaillée ci-après.

L’admission des candidats est gérée via la Plateforme Parcoursup. En savoir plus

Les candidats sont évalués en fonction de leurs résultats scolaires (bulletins et notes obtenues au baccalauréat le cas échéant) et de leur projet professionnel motivé.

Ce dernier élément ainsi que les études et diplômes éventuellement déjà obtenus dans l’enseignement supérieur permettront, également, une évaluation équitable pour les candidats en reprise d’étude. Il est conseillé aux candidats d’être particulièrement attentifs à la qualité de la rédaction de leur projet motivé tant sur la forme que sur l’exposé de la démarche qui a conduit au choix de la formation.

La motivation et l’engagement du candidat, pouvant être démontrés par ses activités y compris extrascolaires et sa connaissance même limitée du handicap et du soin, doivent être valorisés. Il est conseillé, dans la mesure du possible, de rencontrer des professionnels ou de réaliser des stages de découverte afin d’avoir une juste appréhension de la profession et ne pas hésiter à indiquer en quoi cela a conforté la décision d’orientation.

Pour en savoir plus sur :

Nous contacter