Maison d’accueil spécialisée La Musse : les bienfaits de la médiation animale, une alternative thérapeutique innovante

Les résidents de la maison d'accueil spécialisée (MAS) bénéficient, depuis juillet dernier, de séances d’équithérapie dans le tout nouveau centre de l’hôpital La Musse. Ils ont aussi régulièrement la visite du jeune chien Patchou qui, au terme de son éducation, deviendra partenaire médiateur de la MAS.

Lieu de vie dédié aux personnes cérébrolésées

Située à 5 kms d’Evreux (Eure) et adossée à l'hôpital La Musse et son grand parc arboré, la maison d’accueil spécialisée La Musse (MAS) accueille des personnes cérébrolésées en leur offrant un lieu de vie de qualité, des soins constants et des activités de vie sociale.

Elle propose 12 places en séjour permanent (jour et nuit), 1 place en accueil temporaire (jour et nuit) et 1 place en accueil de jour.

Chaque résident est accompagné par une équipe qualifiée pluridisciplinaire : médecin spécialisé en médecine physique et réadaptation, coordonnateur, éducateurs spécialisés, aides médico-psychologiques, psychologue, infirmiers, aides-soignants, psychomotriciens, etc..

L’auto-évaluation de cet accompagnement a mis en exergue les besoins fondamentaux des résidents poussant à une réflexion sur des pratiques d’accompagnement thérapeutiques innovantes

La médiation thérapeutique comme alternative

Les demandes, les besoins, verbalisés ou non, et le mal-être exprimés par les résidents se communiquent particulièrement par leurs comportements : irritabilité, repli, isolement, etc.. Les propositions d’activités classiques sont « étayantes » pour la plupart des résidents, mais parfois insuffisantes.

Le contexte sanitaire actuel, s’ancrant dans la durée, renforce les fragilités de chacun. Un risque plus profond, de solitude, de manque affectif est présent.

Dans ce contexte, la médiation thérapeutique semble être une thérapie alternative intéressante, de surcroit, sollicitée par la majorité des résidents.

Chez les personnes en situation de handicap ou de dépendance, la médiation animale contribue à entretenir l’activité motrice et physique et favorise les relations sociales. De nombreuses études montrent ses bénéfices au sein d’établissements médico-sociaux sur le sentiment de protection, d’appartenance, de réalisation de soi. La médiation animale a aussi un impact indéniable sur le plan moteur et motivationnel : stimulation à marcher, sortir, initier les actes de la vie quotidienne. Elle peut faciliter la communication entre les résidents, consolider la relation soignant/résident, aider à la prise en charge de la douleur (psychique ou somatique), faciliter l’expression des émotions et réduire les troubles du comportement et de l’humeur.

L’équithérapie, une 1ère réponse

L’équithérapie apporte une première réponse grâce au centre ouvert par l’hôpital La Musse en juillet 2021. Plusieurs résidents de la MAS La Musse en bénéficient lors de séances réalisées une fois par semaine.

Prenant en compte l’entité physique et psychologique de la personne, complémentaire des prises en charge médicales, soignantes et éducatives, elle utilise le cheval, support thérapeutique médiateur, pour réaliser des objectifs notamment de rééducation (motricité et équilibre), prévention (développement de l’activité physique améliorant l’état de santé), resocialisation (relation à l’animal, sur la base d’une communication non verbale et d’exercices simples comme caresser le cheval, tirer sur les rênes pour l’arrêter), etc., avec pour effet de casser le mur qui isole.

Grâce à l’équithérapie, sont observés : une mobilité accrue, l’amélioration de la qualité de vie et un mieux-être général.

 

Intérêt d’une médiation canine quotidienne

Néanmoins, beaucoup de résidents sont en attente d’une médiation davantage comme un élément de vie au quotidien que comme un médium thérapeutique ponctuel.

En effet, lorsqu’un animal vit dans une structure, les bénéfices de la médiation sont décuplés car l’animal vit le quotidien des résidents, des rituels s’installent avec eux, les échanges sont multiples. Il devient un acteur intégré à la vie de l’établissement. Il créé un sentiment de responsabilisation chez les résidents pour ses soins (alimentation, balades, brossage, etc.).

Le chien est l’animal le plus propice à la médiation. Doux, docile et faisant preuve d’une bonne capacité d’adaptation, il est un véritable médiateur entre le patient et le soignant. Il permet de proposer une rencontre, d’encourager la communication et ainsi déboucher sur un travail d’apaisement et d’expression du résident.

Un nouvel arrivant à la MAS La Musse : Patchou

Ludivine Renault – éducatrice spécialisée à la MAS La Musse - a adopté son chiot, Patchou, en septembre dernier. Encore petit (6 mois), il s’acclimate progressivement à la MAS et aux personnes qu’il y rencontre.

Patchou doit être éduqué et acquérir les capacités à être stimulé afin de remplir, auprès de l'adulte fragilisé, des fonctions cumulées source de sécurité, de stimulus, d'agent intermédiaire, de soutien physique ou affectif, d'éponge pour les émotions voire de support compensant des déficiences.

Des actes quotidiens de soins à l’animal (brossage, alimentation et sorties) seront progressivement proposés aux résidents ainsi que des ateliers, en groupe ou en individuel, de stimulation :

  • cognitive : préservation des capacités de déplacements – amélioration de la mobilité, la coordination, la mobilisation des membres – création d’un élan de motivation, l’animal stimulant une organisation structuré et ciblée du geste à effectuer.
  • sensorielle : dans un cadre rassurant, il s’agit d’apaiser les troubles du comportement et les angoisses, de favoriser le contact physique, le suivi visuel et auditif, l’attention conjointe, d’améliorer la vigilance et de combler un manque affectif ; l’attention portée aux attitudes corporelles, mouvements et mimiques ont un impact direct sur le comportement de l’animal.
  • à la responsabilisation : tenir un rôle, une mission utile tout en suivant les consignes, en co-gérant les soins quotidiens de l’animal avec son maître.

Patchou, un partenaire à part entière des résidents et de l'équipe soignante

Patchou sera un partenaire à part entière de la MAS La Musse, en ateliers comme dans les temps de repos.

Les résidents de la MAS sont très heureux de voir Patchou à chacune de ses venues : tous le caressent, certains lui parlent, quelques-uns sourient, d’autres sont intensément concentrés. Plusieurs résidents, ayant tendance à s’isoler, sortent spontanément lorsqu’ils l’entendent arriver. Des balades avec quelques résidents qui tiennent le chien en laisse ont été organisées chaque semaine : la motivation à aller marcher est accrue.

D’un avis unanime, tous les résidents apprécient cette initiative et attendent impatiemment la suite de la vie et des projets avec Patchou.

Retour